Le COVIDien 15


"COVIDiennes, COVIDiens,

Aujourd’hui, petits rappels ou précisions NGAP :

AMI 4.2 : (acte de prélèvement isolé) uniquement pour les PDS ou prélèvements nasopharyngés auprès des patients COVID+ ou suspects, idéalement cela doit être précisé sur l’ordonnance.

Et uniquement si acte seul. Par exemple, si vous réalisez en même temps un pansement et une PDS chez un patient suspect, ce sera AMI 2 (ou 4 +/- MCI) + AMI 1.5.

AMI 1.5 : se cumule toujours à taux plein (depuis décembre 2019), que ce soit PDS ou prélèvement nasopharyngé (dans le cadre de la pandémie – sinon ce serait AMI1 pour le prélèvement nasopharyngé + respect de l’art 11b).

AMI 5.8 : séance de surveillance COVID en présentiel uniquement.

Se cumule à taux plein (de la même façon que l’acte de surveillance cardio post hospitalisation ou surveillance BPCO - donc mêmes règles de cumuls si association avec d'autres AMI ou AIS3).

La fréquence et les paramètres à surveiller sont inscrits sur l’ordonnance (contrairement à l’acte de surveillance post hospitalisation décompensation cardiaque ou BPCO)

AMI3.2 : le télésuivi se pratique quand les conditions de sécurité pour l’IDEL ne sont pas réunies, (en informer le médecin pour ajuster l’ordonnance) ou si le médecin estime que la surveillance à distance est suffisante.

De préférence par visio (SISRA, whatsapp,…). Evidemment, pas de déplacement facturable.

Les téléconsultations :

  • TLS (10€) lors d’un soin IDE déjà prévu

  • TLL (12€) dans un lieu dédié (applicable pour chaque prise en charge en commun médecin / IDEL dans les PMA ou centres COVID)

  • TLD (15€) organisé de manière spécifique à domicile

Les déplacements sont facturables, y compris pour le TLL (attention : 1 aller-retour pour une série de TLL, au maximum 2 déplacements par jour ; pas de déplacement à chaque téléconsultation)

Il n'est pas besoin d'ordonnance mais inscrire le nom et le numéro de ADELI du médecin.

Pour SCOR, nous utilisons une feuille blanche sur laquelle nous inscrivons le nom du médecin, son numéro ADELI la date et l'heure de la téléconsultation à la place de l'ordonnance pour ne pas "bloquer" le système.

Le retour de la surveillance IDEL doit être inscrit dans le DMP du patient, ou dans le dossier médical. Donc pensez bien à votre messagerie sécurisée !!!

Les seuls actes à 100% exo 3 sont les actes de télésuivi et téléconsultation, le reste est à 60/40 comme à l’habitude (puisque nous sommes "au contact du patient").

Rappel des mesures d’aides exceptionnelles en cas d’arrêt :

Dans tous les cas, des IJ, avec ou sans carence, sont allouées (72€/jour) :

  • Vous êtes atteints du COVID : faites une téléconsultation pour vous faire prescrire un arrêt de travail à présenter à la CPAM (le médecin peut la télétransmettre et vous envoyer une copie par mail ou autre que vous présenterez à votre prévoyance) Il y a une carence de 3 jours.

  • Vous devez respecter un isolement car vous avez été en contact avec une personne COVID+. Comme pour le cas précédent, il vous faut un arrêt de travail. Dans ce cas, voyez bien avec votre prévoyance….. j’ai testé pour vous : les assurances ne prennent pas en charge car votre état de santé ne vous empêche pas de travailler… pas d’incapacité….(j’ai jeté le mail, mais je peux le retrouver si ça vous intéresse !)

  • Vous devez garder vos enfants de moins de 16 ans. Il vous faut un arrêt de travail comme les 2 cas précédents… pour la prévoyance, voyez bien votre contrat !

Au niveau comptable :

L’URSSAF et la CARPIMKO ont déjà suspendu les échéances de mars et avril (qui seront lissées sur le reste de l’année ou rattrapées en novembre et décembre).

Vous pouvez demander à votre bailleur, votre banque, les impôts…. un report des échéances SANS pénalité, s’ils n’ont pas cessé les prélèvements d’eux-mêmes.

Il existe le fond de solidarité (aide de l’état pour compensation de perte de revenus) qui peut vous verser jusqu’à 1500€ pour le mois de mars (demandez le dossier à votre comptable).

Dans tous les cas, si vous avez un comptable, n’hésitez pas à le solliciter. (ou votre AGA si vous n’avez pas de comptable)

Rappel sur l’AVAT (Assurance Volontaire d’Accident du Travail) :

L’accident du travail n’est pas inclus dans nos cotisations de base à ce jour.

Donc accident au domicile du patient, accident sur le trajet ou maladie professionnelle…. Les frais médicaux sont à votre charge, et ça peut faire mal, d’autant plus que les mutuelles, voire parfois les prévoyances, ne remboursent rien si la SS ne prend pas en charge !

Vous n’êtes pas obligés de déclarer que votre accident est dans le cadre de votre travail me direz-vous !

Oui c’est exact!

Sauf que dans un cas où vous êtes inconscient, que vous êtes choqués, … vous n’avez pas forcément les moyens ou la lucidité de ne pas déclarer que vous êtes au travail…

Il vaut mieux être prévoyant, surtout en cette période où le COVID19 sera reconnu comme maladie professionnelle (déclaration du ministre de la santé le 27/03/2020) :

https://www.editions-legislatives.fr/actualite/coronavirus-le-covid-19-sera-reconnu-comme-maladie-professionnelle-pour-les-soignants

Vous pouvez (pour ceux qui ne l’ont pas fait) vous inscrire sur le site ameli.fr.

https://www.ameli.fr/sites/default/files/formulaires/157/s6101_ass_vol_atmp_sans_montant_remp.pdf

Attention, le droit à l’AVAT ne déclenche pas d’IJ, donc déclarez le revenu minimum. Cela vous coûtera environ 85€/trimestre.

Article de mes copines (oui je fais un peu de pub parfois) sur l’AVAT :

https://www.enzym.fr/avat/

Soutien :

Le groupement de clinique psychiatrique INICEA apporte son soutien aux soignants en ouvrant une adresse mail réservée aux demandes de soutien.

Vous serez contactés dans les 24h (hors week-end et fériés)

Affiche en pièce jointe.

Prolongation des soins infirmiers au-delà de la durée de validité de l'ordonnance (arrêté du 31 mars 2020)

Eu égard à la situation sanitaire et à titre exceptionnel, lorsque la durée de validité d'une ordonnance prescrivant des soins infirmiers est expirée et afin d'éviter toute interruption de traitement préjudiciable à la santé du patient, l'infirmier peut poursuivre les soins jusqu'au 15 avril 2020 (date susceptible d'être repoussée).

Cette dérogation concerne les prescriptions de soins infirmiers en rapport avec une affection de longue durée relevant des 3° et 4° de l'article L.160-14 du code de la sécurité sociale

-de soins infirmiers pour plaies au long cours ;

-de suivi de la prise médicamenteuse pour les patients atteints de troubles psychiatriques et de troubles cognitifs ;

-de soins infirmiers à domicile pour un patient, quel que soit son âge, en situation de dépendance temporaire ou permanente (DSI ou BSI) ;

-de prélèvement dans le cadre de la prescription d'un examen de biologie de surveillance dans le cadre d'une pathologie chronique.

Mais même si la situation est calme, ne baissons pas la garde et sortez couvertes 😉

Marieke & Pascal"

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags