Un heureux évènement

February 15, 2019

En cloque... Mode d'emploi!

Les joies de la grossesse chez les infirmières libérales.

UNIDEL a vécu au sein de son conseil d'administration deux heureuses grossesses en 2018, et partage ses bons tuyaux.

 

Quels sont vos droits?

Depuis 2006, les infirmières libérales sont affiliées au régime du congé maternité légal des salariés. Ce qui donne le droit à des prestations de la CPAM.

Elles sont de 2 ordres :
– Une allocation forfaitaire de repos maternel : Il s’agit d’une prime à la naissance forfaitaire qui est versée en deux fois. La première moitié à la fin du 7e mois de grossesse et l’autre moitié après l’accouchement. Si l’accouchement a lieu avant la fin du 7e mois de grossesse, l’allocation est versée en une seule fois.
Son montant au 1er janvier 2018 est de 3 311 €.
– Une indemnité journalière forfaitaire (IJ) :
Attention , Cette prestation est versée UNIQUEMENT pendant le congé maternité ET à condition de cesser toute activité rémunérée durant ce congé.
Son montant est égal au 1er Janvier 2018 de 54,43 € par jour. Soit 1632.90 euros mensuel
La durée du congé maternité varie selon le nombre d’enfants que vous attendez et le nombre d’enfants déjà à votre charge.

 

Et si ça se compliquait?
Depuis un décret parût en Aout 2014, la CPAM indemnise enfin la grossesse à risque et Pathologique pour les infirmières libérales. Ce qui veut dire que si vous devez vous arrêter avant votre congé légal de maternité une indemnité journalière vous sera versée. Elle est d’environ 43€ par jour soit 1290 euros mensuel. Cependant cette indemnité est DEDUITE de vos prestations assurance Prévoyance.
Il est également possible après 90 jours de carence, de faire un dossier de demande de prestations à la CARPIMKO, qui vous indemnisera donc si votre arrêt dépasse 90 jours, on vous prendra en charge MAIS seulement jusqu’au jour prévu d’accouchement ! Puisque vous pouvez reprendre le travail le lendemain, évidemment, on a de supers pouvoirs ( 49.72 / jours ).

 

Et coté porte monnaie?

Pour éviter une trop grosse perte de revenus :
Il est fort conseillé de souscrire une assurance personnelle prévoyance qui couvrira un arrêt de travail en dehors du congé légal de maternité. C’est à dire que si vous êtes arrêtée pour raison médicale avant les 6 semaines légales (pour 1 enfant) précédent l’accouchement, ce contrat d’assurance permettra de toucher des indemnités journalières jusqu’au commencement du congé légal de maternité.
Malheureusement la plupart des prévoyances ne prennent en charge que les arrêts liés à une grossesse pathologique.
Toutefois, sachez qu’aucune assurance personnelle prévoyance ne vous indemnisera durant le congé légal de maternité.

Comme vu plus haut, c’est la CPAM qui vous versera des prestations durant ce congé. Ce qui est bien loin de répondre au besoin mensuel d’une idel pour régler les charges du cabinet ( loyer… ) , des cotisations URSAFF et CARPIMKO qui ne sont en aucun cas suspendues et surtout pour s'octroyer des revenus !
Notre secret pour passer cette étape sans encombre : épargner avant d'accueillir bébé !!

 

unidel.org

 

Sources:

https://www.ameli.fr/assure/remboursements/indemnites-journalieres/arret-maladie?fbclid=IwAR35lkGvAUAKtZDCs-GmOMXnNtc5jBRdDOGEkCLRqD3OT_nm6cFO0wQtzSg

 

https://www.carpimko.com/invaliditeDeces?fbclid=IwAR1-m_1qVK9gdf4rBF4QZ_5BrX9VnAYaSQsL8HLQh-E5tZpMa-tTOVlZkuo

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts à l'affiche