HAD-Maisons de santé, la position des syndicats infirmiers libéraux

January 4, 2018

 

Il y a quelques semaines, les débats ont étés houleux sur les pages d'Unidel au sujet des relations IDEL-HAD/Maison de santé et nous avons constaté des attaques inter-syndicales.

Pour éclaircir le débat, Unidel à contacté tous les syndicats pour leur offrir une tribune et leur donner l'occasion de partager leur position face à ce sujet épineux.

 

Voici donc les réponses obtenues, par ordre alphabétique:

 

 

 

1- Convergence Infirmière

 

Historique

 

Convergence Infirmière est né de l’indignation et de la révolte des infirmières libérales.

La Fni est créé en 1949, l’Onsil en 1970, le Spil en 1972 et le Sniil en 1973. En 1992, le syndicat Profil Infirmier est créé suite aux mouvements visant à contester la régulation de l’activité par les quotas ! Plusieurs associations d’infirmières dont Profil Infirmier crée une fédération : la Fil (Fédération des Infirmiers Libéraux.)

 

Le 10 février 1999, la confédération Convergence Infirmière est créée regroupant l'Onsil, le Sniil, Profil Infirmier et le Spil. Cette confédération a soulevé 10 000 IDES libéraux dans les rues de PARIS (historique) avec des mouvements, toutes les semaines pendant 7 mois, pour dénoncer la signature conventionnelle de la Fni, d’un projet de mise en œuvre du PSI (plan de soins infirmiers). Ce PSI formalisait l’état stabilisé dans la dépendance au dépend de la reconnaissance du soin et de la prise en charge des patients par les infirmiers libéraux. Autrement plus de soins du rôle propre dés lors que l’état du patient n’était pas en phase aigüe.

 

En février 2002, Convergence Infirmière devient représentatif et signe un protocole d’accord avec les caisses d’assurance maladie comportant notamment des revalorisations tarifaires, l’abandon partiel des quotas et la mise en place d’une démarche de soins infirmiers. Convergence Infirmière signe seule la convention nationale des infirmières et obtient une augmentation tarifaire de 15 %.

 

Dans la même année, Convergence Infirmière crée Santé Formation, fond de gestion géré par la profession pour la formation continue conventionnelle qui était inexistante avant 2002. La formation continue conventionnelle sous l’impulsion du syndicat se développe rapidement pour former en 2008 environ 8800 professionnels et s’ouvre aux autres syndicats.

 

En 2005, départ de l’Onsil et du Sniil de la confédération.

Pendant de nombreuses années Convergence Infirmière a défendu becs et ongles les acquis des Idels, a défendu les différents modes d’exercices comme l’exercice en EHPAD, par exemple. (Nous étions le seul syndicat à défendre les idels exerçant en EHPAD. La passivité des professionnels et le lobbying des Etablissements ont eu raison de notre engagement).

 

En 2015 et 2016, syndicat représentatif et signataire de la convention, Convergence Infirmière va être un syndicat moteur dans la lutte contre la loi santé de Marisol Touraine qui menace clairement le libre choix du patient et l’exercice libéral. Là encore, Convergence Infirmière, seul, s’alliera aux autres professionnels de santé pour porter la contestation (historique) .

 

Convergence Infirmière dans toutes ses actions mène une lutte sans faille contre la spoliation des compétences infirmières, au profit de personnels non compétents. Il défend les acquis comme les IK, et participe aux respects des règles professionnelles en formalisant des évolutions d’accompagnement de l’exercice infirmier libéral.

 

Et notamment durant la réingénierie du diplôme des Aides Soignantes, Convergence Infirmière s’est battu comme un beau diable également contre la possibilité de donner les glycémies capillaires aux AS.

 

En 2017, la loi Touraine a été votée. Désormais, Convergence Infirmière dans son projet pour la profession, porte la création des Equipes de Soins Primaires dans toute la France afin de faire perdurer l’exercice libéral sous une forme coordonnée digitalisée de la prise en charge et lutter par ce biais à toute autre forme d’exercice coordonné initié par l’état ou autre. Agir pour ne pas subir !

 

Preuve de cet engagement et de cette force, la présidente a créé la première équipe de soins primaires dans son territoire, le 01 juin 2017.

 

 

CONVERGENCE INFIRMIERE ET LES HAD

 

Si au moment de leur mise en place, les services d'HAD, ont pu apparaitre comme des solutions complémentaires à l’offre de soins existante pour assurer la prise en charge complexe de certains patients, force est de constater une dérive de ces structures, notamment dans le respect des critères d'inclusion des patients et dans le libre choix de ses professionnels de santé par ces derniers. Le coût engendré est colossal et bon nombre de ces structures sont en déficit. Néanmoins l’état perdure dans la mise en place de ces structures, puisqu’il prévoit un doublement de celle-ci en prorogeant leurs missions qui doivent être une alternative à l’hospitalisation.

 

Convergence Infirmière n’est pas dupe et restera vigilant, face aux développements de telles structures, et notamment sur les accords menés entre la FNEHAD et les SSIAD, qui affichent la volonté de " capter " de plus en plus de nos patients, de ne plus être une offre complémentaire de soins, mais une offre concurrentielle renforcée en SPASSAD ou CSI.

 

 

CONVERGENCE INFIRMIERE ET LES MSP

 

Les Maisons de Santé Pluri-professionnelles sont nées d’un défaut d’organisation coordonnée des professionnels de santé du premier recours. Si cette alternative à la prise en charge libérale peut se justifier dans certaines zones sous dotées en médecin, pour autant, le développement des maisons de santé ne doit pas s’effectuer aux détriments des infirmiers libéraux déjà installés sur les territoires.

 

Au sens de Convergence Infirmière, ce n’est qu’un regroupement de professionnels qui n’apporte pas une amélioration de la qualité des prises en charges, encore moins au domicile des patients, malgré une gabegie financière avérée. (Coût d’une MSP : entre 800 000 euros et 3 millions d’euros !) Nous alertons par ailleurs, les infirmiers libéraux qui s’engagent dans cette démarche à être extrêmement vigilants, notamment sur les modes de rémunération et de gestion, tout en respectant leurs prérogatives à l’égard de leur patientèle, au sein de ces MSP.

 

Convergence Infirmière par son projet, est acteur dans la défense des professionnels et de leur exercice en développant des Equipes de Soins Primaires (ESP) sur tout le territoire et /ou en apportant son soutien aux créations de ces ESP ainsi que des communautés professionnelles de territoire de santé (CPTS).

 

 

2- FNI - Fédération Nationale des Infirmiers

 

La Fédération Nationale des Infirmiers (FNI) a souhaité répondre favorablement à la demande de tribune de l’association UNIDEL dont nous soutenons et respectons le combat qui est commun au nôtre : comme la majorité des infirmières et infirmiers libéraux qu’elle représente en tant que première organisation professionnelle, nous entendons souvent que l’HAD et les MSP nous enferment, nous « ubérisent », nous vassalisent.

 

Pendant ce temps, l’avenir des infirmiers et infirmières libérales semble s'obcursir à cause de décisions iniques en terme de politique de santé et de l'appétence de certaines professions pour nos compétences et notre champ d'activité (pharmacien notamment...).

 

Nous partageons les craintes et les angoisses des jeunes et moins jeunes IDEL qui s’intéressent à l’avenir de leur profession. Par cette tribune, nous souhaitons inciter les IDEL à s'unir, à nous rejoindre, afin d'être plus facilement entendus par nos tutelles pour déployer les compétences des 110 000 IDEL françaises.

 

Il est donc important de rappeler nos valeurs et de nous distinguer de certains syndicats enclins à accompagner aveuglément une politique de Santé contraire aux intérêts de la profession (MSP, HAD, SISA, Protocole Article 51, ASALEE…)

 

Aujourd’hui nos gouvernants nous font miroiter des cursus universitaires pour faire enfin émerger en France des pratiques infirmières avancées, mais au regard de ce qui se dessine il y a fort à parier que ces pratiques restent étroitement encadrées par l'esprit des protocoles article 51.

 

Dans le même temps ils autorisent la pratique de soins infirmiers à des personnes n’ayant pas obtenu leur Diplôme d’Etat (Exercice partiel des professions de santé : http://actualitesonline.com/exercice-partiel-fni-va-agir/ ) Où est la cohérence !?

 

La FNI n’a pas pour ambition d’enfermer toutes les infirmières dans les « DispensairesMaisons de Santé » ou travailler essentiellement sous la coupe des HAD. Bien au contraire. Nous partageons d’ailleurs ces valeurs et ce combat avec d’autres syndicats avec lesquels nous faisons très souvent alliance. La pluralité syndicale est importante car elle permet d'instaurer un débat. Mais il est important de dénoncer les syndicats infirmiers qui signent aveuglement les propositions susceptibles de détruire l’écosystème libéral auquel nous sommes attachés..

 

 

Quels sont les objectifs de la FNI aujourd’hui ?

 

● Protéger et promouvoir l’exercice libéral ;

● Dénoncer les politiques qui mettent en danger cet exercice libéral ;

● Démontrer et élargir les compétences des IDEL ;

● Proposer des solutions innovantes, constructives pour préserver le statut libéral des infirmières (Qual’Idel, inzee.care…) ;

● imposer un dialogue gagnant gagnant et constructif avec les tutelles.

 

La Fédération Nationale des Infirmiers est également à la pointe pour rendre visibles les 110 000 IDEL, elle a ainsi publié des propositions envoyées à tous les députés à l’occasion des élections présidentielles: https://www.infirmiers.com/les-grands-dossiers/presidentielles/elections-presidentielles2017-infirmiers-liberaux-coeur-debat.html

 

Ce travail constructif, nous le poursuivons avec d’autres syndicats infirmiers et d’autres professions au sein de la La Fédération Française des Praticiens de Santé (FFPS) crée cette année avec huit syndicats fondateurs représentant les IDEL (CI, FNI, Onsil), les masseurs-kinésithérapeutes (FFMKR, UNSMKL (SNMKR+OK)), les orthophonistes (FNO), les orthoptistes (SNAO) et les pédicures-podologues (FNP). Philippe Tisserand, Président de la FNI, en assure actuellement la présidence.

 

Certains syndicats auraient peut être souhaité se joindre à nous, mais l'adhésion à la FFMPS suppose que leur politique syndicale, dans les faits et dans les actes, soit conforme aux valeurs défendues par cette Fédération.

 

Aujourd’hui les IDEL doivent se déterminer pour faire aboutir un modèle d’exercice qui sera leur quotidien demain. Se déterminer c’est choisir un syndicat suffisament puissant, suffisamment constructif et qui porte les valeurs qui font l’essence de l’exercice libéral.

Ne pas se syndiquer, c’est laisser libre cours à la parole d’une minorité agissante, c’est détourner le regard quand la maison brûle …..